mardi 30 novembre 2010

TuniLeaks, les documents dévoilés par Wikileaks concernant la Tunisie part 3

TuniLeaks, les documents dévoilés par Wikileaks concernant la Tunisie part 3
Mise à jour biographique sur l'EL Matri, interlocuteur réconfortant de Sakher,
soulevant son profil en-tête VZCZCXYZ0000 pp RUEHWEB d'OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 04:35 de 09TUNIS338 Date03/06/2009 DE RUEHTU #0338 1541635 ZNY SSSSS ZZH P 031635Z le 9 juin FM AMEMBASSY TUNIS au contenu COLLECTIF S LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T TUNIS 000338 PRIORITAIRE de l'information RUCNMGH/MAGHREB PRIORITAIRE 6339 de Washington D C de RUEHC/SECSTATE NOFORN SIPDIS NEA/MAG POUR (MHAYES, JPATTERSON) ET INR (TKING) E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 06/02/2019 d'ÉTIQUETTES : PINR, GESTION DES DÉBORDEMENT DE PAGE, PREL, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : MISE À JOUR BIOGRAPHIQUE SUR SAKHR EL-MATRI, INTERLOCUTEUR RÉCONFORTANT, SOULEVANT SON PROFIL Référence : A. TUNIS 108 B. 08 TUNIS 97689 Classifié par : L'Ambassadeur Robert F. Godec pour les raisons 1.4 (b) et (d)

1. (S/NF) Le Président Ben Ali' d'EL-Matri de Sakhr ; le fils de s a assisté à une réception accueillie par l'Ambassadeur le 26 mai. Il est resté pendant deux heures parlant avec une large variété des invités, particulièrement les Américains. Il a fait une remarque de demander qui il devrait savoir et rester en contact avec à l'ambassade. Il était un peu plus réservé avec les invités tunisiens, parlant avec eux mais seulement brièvement avant de passer. Son anglais était tout à fait bon et il a clairement eu plaisir à l'employer. Généralement il s'est présenté d'une façon modeste discrète et réconfortante quoique sa présence ait été clairement marquée par les invités.

2. (c) El-Matri' ; le profil de s a été sur l'élévation récemment. Il était sur la couverture du 25 mai Jeune Afrique après l'achat de la maison d'édition de Dar Assabah, qui édite deux de Tunisia' ; journaux principaux Assabah et Le Temps de s, de ce fait s'ajoutant à son empire de médias qui inclut déjà la radio de Quranic Zeitouna. Il s'est assis directement derrière le Président Ben Ali pendant l'allumette de football finale de la tasse présidentielle, et il était présent où le ministre d'État et le conseiller présidentiel Ben Dhia ont parlé à une réunion du rassemblement constitutionnel Democratic d'acte (RCD) dans Sousse le 26 avril au sujet de government' ; plans de s pour les élections présidentielles prochaines.

3. (SBU) Pendant la réception l'EL-Matri a discuté ses plans pour Assabah et Le Temps disant qu'il avait loué une société française pour améliorer le regard des papiers et cela il avait loué Faisal Battout, le chef de bureau d'AFP dans Doha, pour être le nouveau rédacteur d'Assabah. Il devrait arriver à Tunis autour du 15 juin. (Commentaire : Si on permet à Battout, qui est bien connu à la PA, de fonctionner indépendamment c'est un bon signe pour les journaux.) Il a également mentionné, dans le cadre de discuter le programme d'AMIDEAST, qu'il avait parlé au président au sujet de l'importance de l'instruction d'anglais.

4(c) Sur une note personnelle : EL-Matri a indiqué qu'il a aimé s'exercer mais ne pas courir. Il a dit qu'il essayait de perdre le poids, et il a bu le coke de régime à la réception. Il a également dit qu'il commençait un nouveau régime d'exercice et utilisé que comme raison pour laquelle il avait cessé de fumer une conduite d'eau. Il est sorti de sa manière de demander si son nouveau manoir en construction à côté de la résidence bloquait la vue de mer d'un quelconque de ses voisins. EL-Matri a visité le Canada en mai l'où son épouse a donné naissance à une fille et à un nouveau citoyen canadien. Il a également acheté une villa au belvédère de 70 endroits, Westmont Canada, Mme de propriétaire précédent Leslie Osmond pour approximativement 2.5 millions de dollars canadiens.

5. (S/NF) Commentaire : En acceptant l'Ambassador' ; l'invitation de s et en restant tant que il a fait EL-Matri montrait son intérêt en augmentant ses contacts avec l'ambassade. Notamment EL-Matri également a invité l'ambassadeur dehors à déjeuner ou le dîner, que l'ambassadeur a acceptés. L'ambassade a prolongé l'invitation à EL-Matri de Sakhr dans le cadre d'un événement visé à l'Ambassador' ; voisins de s dans Sidi Bou dit et avec l'intention à finir par le connaître mieux. Godec

Obtenu demande à des Européens de ne pas prendre aux détenus tunisiens de Guantanamo le 27 novembre 2010 en-tête VZCZCXYZ0000 OO RUEHWEB d'OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 03:49 de 09TUNIS415 Date23/06/2009 DE RUEHTU #0415/01 1741549 ZNY SSSSS ZZH O 231549Z le 9 juin FM AMEMBASSY TUNIS VERS WASHINGTON D C 6474 RUEAWJA/DEPARTMENT IMMÉDIATS de RUEHC/SECSTATE De l'INFORMATION IMMÉDIATE RUCNMGH/MAGHREB RUEHRL/AMEMBASSY IMMÉDIAT COLLECTIF BERLIN 0186 RUEHMD/AMEMBASSY IMMÉDIATS MADRID 0546 RUEHRO/AMEMBASSY IMMÉDIATS ROME 0804 IMMÉDIATS RUEKJCS/SECDEF de JUSTICE de WASHINGTON DC IMMÉDIAT de WASHINGTON D C S content la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T TUNIS 000415 NOFORN SIPDIS ÉTAT : NEA/MAG (SWILLIAMS, MNARDI, MHAYES) AUSSI POUR DRL : KMCGEENEY, S/WIC : PASSAGE DOD/OSD D'ARICCI : ALIOTTA, DOJ/ODAG : MSTRANSKY E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 06/23/2019 d'ÉTIQUETTES : PHUM, PREL, KDRG, PTER, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : OBTENU DEMANDE À DES EUROPÉENS DE NE PAS PRENDRE LES DÉTENUS TUNISIENS DE GUANTANAMO Référence : A. TUNIS 407 B. TUNIS 339 C. TUNIS 32 D. 08 TUNIS 1137 ET PRÉCÉDENT Classifié par : L'Ambassadeur Robert F. Godec pour les raisons 1.4 (b) et (d)
------- RÉSUMÉ -------
1. (S/NF) Un fonctionnaire aîné d'AMF a convoqué l'allemand, italien et les chefs espagnols de la mission le 19 juin pour les informer OBTENU veut les détenus tunisiens dans le camp de Guantanamo retourné à la maison. Selon le COMs européen, le message implicite était que leurs gouvernements ne devraient pas accepter la demande des USA de prendre les détenus tunisiens. Le COMs ont informé que leurs capitaux, mais n'ont aucune réponse encore. Lors d'une réunion le 22 juin, un petit groupe d'ambassadeurs (le le COMs allemand et italien y compris) a discuté les démarches d'AMF. Parmi les ambassadeurs, les vues ont différé sur les risques aux prisonniers tunisiens, mais certains ont indiqué qu'il y a une possibilité de torture ou de traitement pour n'importe qui accusé du terrorisme. Résumé d'extrémité.
------------------- EUROPÉENS DEMARCHED -------------------

2. (s) FM suivant Abdallah' ; réunion de s sur des détenus de Guantanamo avec l'Ambassadeur Godec le 18 juin (la référence A), l'AMF a convoqué l'Ambassadeur allemand Horst-Wolfram Kerll, l'Ambassadeur italien Antonio D' ; Andria et Espagnols chargent Santiago Miralles Huete pour séparer des réunions le 19 juin.

3. (s) Lors des réunions, le secrétaire d'état d'AMF pour des affaires Abdelhafidh Hergeum du Maghreb, d'Arabe et d'Africain a fourni une démarche semblable à cela donnée à l'Ambassadeur Godec, spécifiquement : -- La Tunisie veut ses citoyens à Guantanamo retourné, -- La Tunisie ne torture pas et a signé la convention contre la torture, -- Tunisia' ; l'image de s souffrirait si les détenus étaient envoyés à d'autres pays. Le message implicite de Hergeum, selon l'Européen COMs, était que leurs pays ne devraient pas être d'accord sur la demande des USA d'accepter les détenus tunisiens. Les trois fonctionnaires ont informé que leurs capitaux mais n'ayez aucune réponse. Selon l'ambassadeur allemand, l'ambassadeur tunisien à Berlin a fourni la même démarche à l'AMF allemand.
------------------- AMBASSADORS' ; RÉUNION -------------------
4. (s) Le 22 juin, l'ambassadeur a discuté la démarche OBTENUE avec l'Ambassadeur Kerll, l'Ambassadeur D' ; Andria, l'Ambassadeur BRITANNIQUE Chris O' ; Connor, Ambassadeur français Serge Degallaix, et Ambassadeur canadien Bruno Picard. L'Ambassadeur Godec a passé en revue le Minister' étranger ; démarche de s avec les ambassadeurs allemands et italiens détaillant alors les démarches qu'elles avaient reçues.
5. (S/NF) L'ambassadeur canadien a noté OBTENU a offert, comme évidence qu'elle ne torture pas, le cas d'Imam ledit Jaziri qui a été rapatrié du Canada en Tunisie en dépit des allégations qu'il serait maltraité. L'ambassadeur canadien a dit que la comparaison entre Jaziri et les détenus de Guantanamo est " ; crap" ; , expliquant que Jaziri était un criminel petit et non accusé du terrorisme. Le gouvernement canadien a passé en revue Jaziri' ; cas de s soigneusement et décidé il pourrait être transféré puisqu'il a eu des liens avec le terrorisme. La décision canadienne, Picard a suggéré, pourrait bien avoir été autrement si Jaziri avait été accusé du terrorisme.

6. (S/NF) L'ambassadeur italien a dit que l'Italie avait eu peu de problèmes avec des individus qu'ils avaient transférés en Tunisie. Les Italiens ont été en contact avec leurs familles et avocats et n'ont entendu aucune plainte sérieuse. Pourquoi, il, OBTENU a-t-il demandé voudrait-il maltraiter ou torturer a-t-il transféré des détenus de Guantanamo ?

7. (S/NF) L'Ambassadeur Godec a noté qu'il y a croyable rapports d'un des deux premiers cessionnaires étant maltraités, y compris l'information de l'avocat, de la famille et des rapports dans la séance publique. D'ailleurs, il y a des rapports croyables des fonctionnaires de Ministère de l'Intérieur maltraitant des détenus et des prisonniers dans d'autres cas. Il a ajouté cela contraire aux réclamations OBTENUES, le CICR ne peut pas visiter toutes les prisons tunisiennes car il n'a pas accès aux équipements non communiqués de MOI. L'ambassadeur BRITANNIQUE était d'avis que les utilisations OBTENUES torturent comme forme de punition.

8. (S/NF) L'ambassadeur canadien a dit le GOT' ; les rapports de s qu'il ne torture pas sont " ; bullshit." ; L'ambassadeur canadien (protégez) a dit qu'il a eu l'évidence directe et de première main de la torture/du traitement d'un prisonnier qui a duré plusieurs mois. Les ambassadeurs canadiens et allemands ont convenu que n'importe qui dans les prisons tunisiennes sur des frais de terrorisme est en danger du traitement ou de la torture.

9. (S/NF) Les ambassadeurs ont conclu la discussion avec plusieurs notant que les assurances diplomatiques tunisiennes concernant le traitement approprié des prisonniers est de valeur, mais qu'un mécanisme de suivi est exigé pour s'assurer des engagements sont gardés.

10. (S/NF) OBTENU clairement et veut fortement les détenus tunisiens à Guantanamo retourné à la maison. Comme nous avons proposé dans la référence A, les agences de Washington peuvent souhaiter considérer si offrir de retourner les détenus tunisiens si OBTENU accepte de permettre l'accès des USA aux deux premiers cessionnaires et l'accès continu à des futurs cessionnaires. Un tel arrangement devrait inclure un mécanisme pour aborder les problèmes qui peuvent surgir. Tandis qu'il n'y a aucune garantie absolue contre le traitement, un tel arrangement assurerait la protection additionnelle de cessionnaires. Si OBTENU accepterait le tel un arrangement est une autre matière. Nous ne sommes pas optimistes, mais il vaut de considérer. Si Washington décide de poursuivre des efforts de transférer les détenus tunisiens aux pays tiers, nous devons informer officiellement OBTENU à un à niveau élevé et bientôt. Godec

La politique cliquette la chambre de commerce Tunisien-Américaine le 27 novembre 2010 en-tête VZCZCXYZ0000 pp RUEHWEB d'OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 04:30 de 09TUNIS454 Date09/07/2009 DE RUEHTU #0454/01 1901630 ZNY SSSSS ZZH P 091630Z le 9 juillet FM AMEMBASSY TUNIS À la PRIORITÉ d'ASSOCIATION COLLECTIVE de l'INFORMATION RUCNMGH/MAGHREB PRIORITAIRE 6520 de WASHINGTON D C de RUEHC/SECSTATE S content la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T TUNIS 000454 NOFORN SIPDIS ÉTAT POUR LE PASSAGE D'ÉTAT D'EEB/IFD/OMA, D'EEB/EPPD, ET DE NEA/MAG (HAYES) USTR (BURKHEAD) ET USAID (MCCLOUD) USDOC LE PASSAGE USPTO (ADAMS, BRUN ET MARÉCHAL) POUR ITA/MAC/ONE (MAÇON), DE CTR DE RECOMMANDATION (TABINE), ET DE CLDP (TEJTEL ET MCMANUS) USDOC CASABLANCA POUR FCS (ORTIZ) LE CAIRE POUR L'ATTACHÉ FINANCIER (SEVERENS) LONDRES ET PARIS POUR L'OBSERVATEUR DE NEA E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 03/03/2019 d'ÉTIQUETTES : ECON, EFIN, EINV, ETRD, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : LA POLITIQUE CLIQUETTE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE TUNISIAN-AMERICAN Classifié par : L'Ambassadeur Robert F. Godec pour les raisons 1.4 (b) et (d)
------- Résumé -------
1. (C/NF) Ce qui était d'être une Assemblée générale élective courante pour la chambre de commerce Tunisien-Américaine avérée pour être moins ainsi quand TACC' ; président de s, Mondher Ben Ayed, annoncé il ne courait pas pour la réélection. Populaire parmi l'adhésion et crédité pour réparer TACC' ; les finances cassées par s, Ben Ayed ont cité le " ; health" ; raisons comme impulsion pour son départ. Une semaine plus tard, le conseil de TACC, maintenant composé d'onze compagnies tunisiennes et neuf américaines, a élu le Nazeh relativement inconnu Ben Ammar, tête d'une compagnie tunisienne de textile, en tant que nouveau président. Ben Ayed s'est réuni en privé avec l'ambassadeur et indiqué il a choisi de ramener en raison des risques politiques impliqués dans la position. Il a dit OBTIENT TACC vu comme " ; organization" politique ; en raison de son rôle comme interface tunisienne avec les États-Unis. Ambassade. Malheureusement, au moins une société américaine Pense deux fois à participer à TACC, citant l'énervement au sujet de la façon dont les vues OBTENUES l'organisation. TACC' ; les plans futurs de s semblent être des affaires comme d'habitude - travaillez aux divers comités, en renforçant des relations bilatérales d'affaires, et porte-frappez la mission de incitation aux Etats-Unis en octobre. Il reste à voir si la nouvelle conduite traduira en n'importe quel changement pour le rôle de TACC en Tunisie. Résumé d'extrémité.

2. (u) Le 18 juin, la chambre de commerce Tunisien-Américaine (TACC) a tenu leur Assemblée générale élective, élisant le nouveau panneau de 20 membres de l'organisation. Onze compagnies tunisiennes et neuf américaines se sont présentées comme candidats et ont été à l'unanimité votées dedans par acclamation de l'adhésion. Parmi les sociétés américaines Sont le Coca-Cola, le Citibank, le Cisco, et le Pfizer (voir svp la liste complète de membres du conseil dans Para 9). TACC n'est pas encore une chambre de commerce américaine officielle, en partie parce qu'ils n'ont pas un président de société américaine Ni les compagnies américaines composent la moitié du conseil. En 2007, TACC pouvait recruter un nombre considérable de sociétés américaines Au conseil qui n'avait pas participé à TACC précédemment.
--------------------------------------------- -------------- La politique présidentielle : Démissions et candidats de surprise --------------------------------------------- --------------
3. (C/NF) L'Assemblée générale élective est allée en grande partie comme prévu excepté l'annonce de surprise que Mondher Ben Ayed, président de TACC, ne fonctionnerait pas pour la réélection. Il a cité le " ; santé reasons." ; De sa naissance en 1989 jusqu'en 2007, TACC a eu seulement un président, Moncef Barouni. L'organisation avait survécu à des périodes de gestion mauvaise financière et d'adhésion de diminution jusqu'à ce que Ben Ayed ait été élu. Ben Ayed était instrumental en menant TACC hors de leurs ennuis financiers et dans le noir encore, au point où TACC retourne aujourd'hui un bénéfice considérable. Sous Ben Ayed' ; conduite de s, adhésion également augmentée de société américain de TACC, Créé un programme de formation de langue anglaise, et cravates renforcées avec l'ambassade.

4. (C/NF) Dès que Ben Ayed a fait son annonce, la spéculation a couru effréné quant à pourquoi il a ramené et à qui ferait un pas dans son endroit. Rym Bedoui (protégez), propriétaire des nourritures d'agora, une usine de traitement des denrées alimentaires des produits alimentaires, a en privé indiqué l'ambassade qu'elle était intéressée à courir pour la position. Elle a dit à l'ambassade qu'elle avait commencé à faire pression sur des membres du conseil pour l'appui quand Ben Ayed l'a appelée dans son bureau et l'a invitée à rester dessus comme sécrétaire général. Bedoui a également cherché une réunion avec Zarrouk mince, un homme d'affaires well-connected avec des cravates à l'OBTENIR, qui lui a indiqué le " ; they" ; vu lui en tant que trop pro-U.S. et ce " ; they" ; weren' ; t confortable avec elle comme président de TACC pour le " ; sécurité reasons." ; Bedoui a pris Zarrouk' ; s commente pour signifier le didn' OBTENU ; t veulent quelqu'un vu comme pro-U.S. menant TACC dans la perspective des élections de l'octobre 2009. Bedoui a également ajouté que Ben Ayed a les cravates fortes d'affaires avec Zarrouk.

5. (C/NF) Le 25 juin, les nouveaux membres du conseil de TACC assemblés au vote sur leur nouvelle conduite. Nazeh Ben Ammar, propriétaire d'une compagnie de textile et antérieurement membre-à-grand sur le conseil de TACC, a fonctionné pour la présidence sans opposition. Lors d'une réunion privée avec l'ambassadeur, Ben Ayed a partagé que Ben Ammar avait été un choix sûr, et le le plus susceptible de pousser TACC en avant sur ses projets commerciaux. Sami Smaoui, tête de Hewlett-Packard en Tunisie, a noté le choix de Ben qu'Ammar était impair, du fait la plupart des présidents de TACC avaient servi sur le conseil exécutif avant dans une certaine capacité. Ben Ammar a payé un faire appel de courtoisie à l'ambassade le 1er juillet et a offert son assurance que la coopération demeurerait fructueuse.
------------------------------------- Énervement au sujet de participation d'ambassade -------------------------------------

6. (S/NF) Lors de sa réunion avec l'ambassadeur, Ben Ayed a dit qu'il a ramené de TACC comme choix personnel. En dépit de l'Embassy' ; s participation purement économique et commerciale avec l'organisation, il a dit OBTIENT TACC vu pas comme chambre de commerce régulière, mais comme interface entre la Tunisie et l'ambassade des États-Unis. Ben Ayed a dit qu'il a défendu l'ambassadeur et l'ambassade dans le visage de la critique du " ; some" ; dans OBTENUE, mais celle il obtenait le " ; dangerous" ; pour lui et le travail risques portés.

7. (c) Depuis son commencement, l'ambassade a eu un siège honorifique et abstentionniste sur le conseil de TACC. Bien que l'ambassade ait été invitée en années avant le compte vote lors de la réunion du conseil d'administration exécutive (pour élire la conduite), cette année où l'ambassade a été seulement invitée à l'Assemblée générale élective du 18 juin. Smaoui a exprimé son souci au-dessus de ceci lors de la réunion du conseil d'administration exécutive et a demandé pourquoi l'ambassade n'a pas été invitée. Ben Ayed a répondu que c'était des affaires internes de TACC et il n'y avait aucun besoin de l'ambassade d'être là. TACC, cependant, a invité l'ambassade à leur réunion du conseil d'administration du 6 juillet et a agi comme si c'était des affaires comme d'habitude. Lors d'une réunion séparée avec Econ/dirigeant commercial, Sami Smaoui a indiqué qu'il était nerveux il didn' ; t savent exactement OBTIENT TACC vu, et dit qu'on l'a de plus en plus désillusionné que TACC transformait en " ; Affaires tunisiennes organization." ; Si choses suite sur le chemin courant dit-il qu'il ne courrait pas pour une tache sur le conseil encore.

------------------------ Activités prochaines de TACC ------------------------

8. (u) Lors de la réunion du conseil d'administration du 6 juillet, Ben Ammar discutée fournissant TACC' de personnel ; comités de s : le Comité de Tunisian Company, dont le but est de favoriser des exportations vers les États-Unis ; le Comité de compagnie des États-Unis, facilitant des liens avec des sociétés américains ; la collecte de fonds et le Comité d'activités ; le Comité du Conseil de MENA, favorisant des cravates avec des chambres dans d'autres Moyen-Orient et pays africains du nord ; et la commission juridique. TACC est planification porte-frappe la mission aux Etats-Unis en octobre, où il fera pression sur des membres du congrès et des agences principales d'USG pour soulever la conscience au sujet de la Tunisie et pour améliorer des contacts. TACC a demandé l'aide d'ambassade, comme dans le passé, pour organiser ce voyage.
-------------------- Conseil de TACC 2009-2010 --------------------
9. (u) Les COMPAGNIES AMÉRICAINES - l'électronique de Starz - Citibank - Cisco - couronne le Maghreb peuvent - Pfizer - BST/Coca-Cola - BMS/UPSA - Hewlett-Packard le Maghreb - investisseurs de Devonshire COMPAGNIES TUNISIENNES - Tunisie Courtage - la nourriture la plus fine - Mami - Ab - Maille Fil - International de consultation de passage de Mazars - de Dahmani - hôtel Marhaba - Taams - Hexabyte - Kallel et associés impériaux
------- Commentaire -------

10. (c) Mondher Ben Ayed' ; la démission de s est malheureuse mais pas complètement étonnante donnée la nature politique intense de la Tunisie dans la perspective des élections de l'octobre 2009. Étant donné que l'Embassy' ; l'enclenchement de s avec TACC a été seulement économique et commercial, le fait ce les vues OBTENUES TACC comme " ; political" ; fournit la perspicacité dans le régime et sa pensée. Ben Ayed a maintenu TACC fermement concentré sur les sujets commerciaux, et a réalisé un excellent travail reconstruisant l'organisation. Malheureusement, tous les organismes dans today' ; s Tunisie sont vus par un objectif politique. Il y a deux questions clé après ces derniers développements. D'abord, s'ils affecteront TACC' ; capacité de s de fonctionner effectivement. Et, deuxième, si les compagnies américaines concluront elles sont plus aisées se dissociant de TACC pour éviter un risque politique inutile. Nous aurons les réponses en temps opportun. En attendant, cependant, nous croyons l'élection de TACC, qui devrait avoir été simple et directe, ne présage pas bien pour l'organisation ou pour la Tunisie. Commentaire de fin. Godec


la croix d'ed indique qu'un ancien détenu de Guantanamo a besoin de traitement le 27 novembre 2010 En-tête VZCZCXYZ0000 pp RUEHWEB d'OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 04:20 d'ID09TUNIS472 Date15/07/2009 DE RUEHTU #0472 1961620 ZNY SSSSS ZZH P 151620Z le 9 juillet FM AMEMBASSY TUNIS À la PRIORITÉ COLLECTIVE de WASHINGTON DC PRIORITAIRE RUEKJCS/SECDEF de l'INFORMATION RUCNMGH/MAGHREB PRIORITAIRE 6543 de WASHINGTON D C de RUEHC/SECSTATE S content la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T TUNIS 000472 NOFORN SIPDIS ÉTAT POUR LE PASSAGE DOJ/ODAG (MSTRANSKY) DU PASSAGE DOD/OSD (ALIOTTA) DE NEA/MAG (MHAYES), DE DRL (KMCGEENEY), ET DE S/WIC (ARICCI) E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 07/15/2019 d'ÉTIQUETTES : PREL, PHUM, PTER, KDRG, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : LE CICR INDIQUE QU'UN ANCIEN DÉTENU DE GUANTANAMO A BESOIN DE TRAITEMENT Référence : A. TUNIS 407 B. TUNIS 399 C. 08 TUNIS D. 1137 08 TUNIS 992 E. 07 TUNIS F. 1483 07 TUNIS G. 1448 07 TUNIS H. 1425 07 TUNIS 1060 Classifié par : L'Ambassadeur Robert F. Godec pour les raisons 1.4 (b) et (d)

1. (S/NF) Le coordonnateur tunisien de Comité International de la Croix Rouge (CICR) pour la protection régionale Francesco Bruscoli (protégez strictement) a informé le conseiller P/E temporaire le 14 juillet sur les marges d'une réception que le CICR avait récemment rendu visite aux deux anciens détenus de Guantanamo emprisonnés en Tunisie. Il a dit qu'Abdallah Ben Omar (Al-Hadji) souffre toujours psychologiquement, n'est pas logique, et a besoin de traitement. Il a dit que Ben Omar souffrait de son expérience cumulative au cours des sept dernières années (Refs ch). Il n'était pas plus précis au sujet des besoins de Ben Omar de traitement, et n'a eu aucun commentaire concernant le casier Swei Lagha de Lufti.
2. (S/NF) Bruscoli s'est enquis du statut des autres 10 détenus tunisiens de Guantanamo. Pol/chef d'Econ a mentionné qu'il y avait eu des articles de nouvelles concernant des discussions d'USG avec l'Allemagne, l'Italie et d'autres au sujet d'accepter probablement les détenus tunisiens. Dans ce contexte, Bruscoli a indiqué que l'ambassade allemande cherchait des assurances du OBTENU concernant le traitement des réfugiés mais n'a pas été satisfaite de la réponse jusqu'ici.
3. (c) Concernant l'autre travail de CICR, il a dit qu'ils commenceraient bientôt un nouveau projet visé réduisant le nombre de Tunisiens entrant dans le système pénitentiaire. Il a dit que les lois nécessaires sont déjà sur les livres mais doivent être mises en application. Ils ont l'appui à ce projet qui commencera à titre d'essai dans une des provinces plus petites. Le projet fonctionnera pour réduire le nombre de personnes en prison pré-en condamnant des mesures comprenant limiter la détention pre-trial et la condamnation des mesures qui pourraient fournir plus de solutions de rechange aux peines de prison.
4. (S/NF) Commentaire : Il est fortement peu commun pour des fonctionnaires de CICR d'être ainsi le contreseing concernant les anciens détenus de Guantanamo et indique vraisemblablement la préoccupation profonde de CICR concernant Ben Omar' ; état de s. Nous chercherons une réunion de suivi avec Francesco Bruscoli. Godec

La Tunisie préoccupée : Que devrions-nous faire ? 27 novembre 2010 en-tête VZCZCXRO0363 d'OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 04:19 de 09TUNIS492 Date17/07/2009 PP RUEHROV DE RUEHTU #0492/01 1981619 ZNY SSSSS ZZH P 171619Z le 9 juillet FM AMEMBASSY TUNIS À l'ASSOCIATION COLLECTIF ISRAÉLIEN de l'INFORMATION RUEHXK/ARAB PRIORITAIRE 6565 de WASHINGTON D C de RUEHC/SECSTATE SECTION 01 de S contente la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T de 05 TUNIS 000492 NOFORN SIPDIS DÉPARTEMENT POUR NEA AA/S FELTMAN, DAS HUDSON, GRIS D'AMBASSADOR-DESIGNATE, ET NEA/MAG D'AMBASSADEUR E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 07/13/2029 d'ÉTIQUETTES : PREL, GESTION DES DÉBORDEMENT DE PAGE, ECON, KPAO, LA MASSE, PHUM, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : LA TUNISIE PRÉOCCUPÉE : QUE DEVRIONS-NOUS FAIRE ? Classifié par : L'Ambassadeur Robert F. Godec pour E.O. 12958 raisonne 1.4 (b) et (d).
------- Résumé -------
1. (S/NF) Par beaucoup de mesures, la Tunisie devrait être un allié étroit des USA. Mais elle n'est pas. Tandis que nous partageons quelques valeurs principales et le pays a un disque fort sur le développement, la Tunisie a de grands problèmes. Le Président Ben Ali vieillit, son régime est sclérotique et il n'y a aucun successeur clair. Beaucoup de Tunisiens sont frustrés par le manque de liberté politique et irrités par la première corruption de famille, le taux de chômage élevé et les injustices régionales. L'extrémisme constitue une menace continue. Compliquant les problèmes, les ruisseaux OBTENUS aucun conseil ou critique, si domestique ou international. Au lieu de cela, il cherche à imposer une commande toujours plus grande, souvent utilisant la police. Le résultat : La Tunisie est préoccupée et nos relations sont aussi.
2. (S/NF) En trois dernières années, la mission des États-Unis Tunis a répondu en offrant une plus grande coopération où les Tunisiens disent qu'ils la veulent, mais non lancé de faire plate le besoin de changement. Nous avons eu quelques succès, notamment dans les secteurs commerciaux et militaires d'aide. Mais nous avons également eu des échecs. Nous avons été bloqués, en partie, par un ministère étranger qui cherche à commander tous nos contacts dans le gouvernement et beaucoup d'autres organismes. Trop souvent, OBTENU préfère l'illusion de l'enclenchement au dur labeur de la vraie coopération. Le changement important en Tunisie devra attendre Ben Ali' ; le départ de s, mais le Président Obama et ses politiques créent des occasions maintenant. Que devrions-nous faire pour tirer profit de elles ? Nous recommandons : -- gardez un foyer fort sur la réforme et le respect des Droits du Homme démocratiques, mais décalez la manière que nous favorisons ces buts ; -- recherche pour engager OBTENU dans un dialogue sur des questions d'intérêt mutuel, y compris le commerce et l'investissement, la paix de Moyen-Orient, et la plus grande intégration du Maghreb ; -- offrez à des Tunisiens (avec une emphase sur la jeunesse) une formation plus de langue anglaise, des échanges éducatifs, et des programmes culturels ; -- déplacez notre aide militaire à partir de FMF, mais recherchez les nouvelles manières d'établir la sécurité et la coopération d'intelligence ; et, -- augmentez les contacts à niveau élevé mais soumettez à une contrainte qu'une coopération plus profonde des USA dépend du vrai enclenchement tunisien.
Finissez le résumé. --------------------------------------------- ----- Le contexte : Relations historiques et valeurs partagées --------------------------------------------- -----
3. (SBU) Les Etats-Unis et la Tunisie ont 200 ans de cravates étroites et d'intérêts communs, y compris avancer la paix régionale, la prospérité de combat de terrorisme, et de construction. Depuis l'indépendance, la Tunisie mérite le crédit pour son progrès économique et social. Sans ressources naturelles de ses voisins, la Tunisie s'est concentrée sur des personnes et a diversifié son économie. Dans un succès tout le trop rare, OBTENU est efficace en fournissant des services (éducation, soins de santé, infrastructure et sécurité) à ses personnes. OBTENU a cherché à établir un & ; la connaissance economy8 pour attirer le FDI qui créera des emplois à valeur ajoutée élevés. En conséquence, le pays a apprécié cinq pour cent de croissance du PIB en termes réels pour la décennie passée. Sur women' ; les droites de s, Tunisie est un modèle. Et, la Tunisie a une longue histoire de tolérance religieuse, comme démontré par son traitement de sa communauté juive. Tandis que significatifs les défis demeurent (surtout le country' ; s taux de chômage de 14 pour cent) tout bien pesé Tunisie a fait mieux que les la plupart dans la région.

4. (SBU) Sur la politique extérieure, la Tunisie a longtemps joué un rôle de moderate (bien que récemment son but a été au & ; faites avancer everyone8). Les rejets OBTENUS le boycott de ligue arabe des marchandises israéliennes. Bien qu'il ait cassé des cravates avec l'Israël en 2000, OBTENU de temps en temps a participé au cours des discussions tranquilles avec les fonctionnaires israéliens. OBTENU également soutient Mahmoud Abbas ' ; conduite de l'autorité palestinienne. La Tunisie a participé à la conférence d'Annapolis et a soutenu nos efforts de favoriser des négociations Israelo-Palestiniennes. OBTENU est semblable sur l'Iran, est un allié dans le combat contre le terrorisme, et a maintenu une ambassade en Irak au niveau de charge. D'ailleurs, la Tunisie a récemment signé un accord de rémission de dette avec le GOI aux conditions de Groupe des dix ; c'est le premier pays arabe à faire ainsi.

5. (SBU) En conclusion, bien que les Tunisiens aient été profondément fâchés au-dessus de la guerre en Irak et aux USA perçus de biais vers l'Israël, admirez toujours le & ; le dream.8 américain en dépit de la colère à la politique extérieure des USA, nous voyons un désir croissant pour l'instruction de langue anglaise, un souhait pour plus éducatif et TUNIS 00000492 002 DE 005 échanges scientifiques, et une croyance de la culture américaine de l'innovation. Les Tunisiens voient ces derniers comme importants pour leur futur.
--------------------------------------------- -------- Le problème : Un régime sclérotique et une corruption croissante --------------------------------------------- ---------

6. (c) En dépit de Tunisia' ; le progrès économique et social de s, son disque sur des libertés politiques est pauvre. La Tunisie est un état policier, avec peu de liberté d'expression ou d'association, et des problèmes sérieux de droits de l'homme. OBTENU peut indiquer du progrès politique dans la dernière décennie, y compris une extrémité à l'examen antérieur des livres et l'accès de CICR à beaucoup de prisons. Mais pour chaque pas en avant il y a eu des autres en arrière, par exemple le changement récent des moyens de communication privés importants par des individus près du Président Ben Ali.

7. (c) Le problème est clair : La Tunisie a été ordonnée par le même président pendant 22 années. Il n'a aucun successeur. Et, alors que le Président Ben Ali mérite le crédit pour continuer plusieurs des politiques progressives du Président Bourguiba, lui et son régime ont perdu le contact avec les personnes tunisiennes. Elles ne tolèrent aucun conseil ou critique, si domestique ou international. De plus en plus, elles comptent sur la police pour la commande et le foyer sur préserver la puissance. Et, la corruption dans le cercle intime se développe. Même les Tunisiens moyens se rendent maintenant profondément compte de elle, et le choeur des plaintes monte. Les Tunisiens détestent intensément, détestent même, la première Madame Leila Trabelsi et son famille. Dans privé, les adversaires de régime la raillent ; même ceux près de la consternation exprès de gouvernement à son comportement rapporté. En attendant, la colère se développe à Tunisia' ; taux de chômage élevé de s et injustices régionales. Par conséquent, les risques au regime' ; la stabilité à long terme de s augmentent.
--------------------------------------------- --------------- Relations Nous-Tunisiennes : Si seulement nous dirions c'est paradis --------------------------------------------- ---------------
8. (S/NF) Les relations Nous-Tunisiennes reflètent les réalités du régime de Ben Ali. Du côté positif, nous avons accompli plusieurs buts ces dernières années, incluant : -- augmentation sensiblement de l'aide des USA aux militaires au terrorisme de combat ; -- amélioration (quoique toujours avec des défis) de quelques programmes importants d'anti-terrorisme ; -- renforçant les cravates commerciales, y compris tenir une session du Conseil de TIFA, l'accueil plusieurs le commerce et les délégations économiques et élever l'activité économique ; -- cravates de construction aux jeunes et à la communauté culturelle par des programmes de langue anglaise augmentés, un nouveau festival de film, et de nouveaux efforts d'outreach de médias ; et -- intérêt congressionnel d'une manière encourageante en Tunisie.
9. (c) Mais nous avons également eu trop d'échecs. Fréquemment OBTENUS les déclins à engager, et avoir été là trop d'occasions perdues. OBTENU a : -- a refusé de s'engager sur le compte de défi de millénium ; -- programmes régionaux diminués d'USAID pour aider les jeunes ; -- a réduit le nombre d'étudiants de bourse de Fulbright ; et, -- a refusé de s'engager dans des négociations de ciel ouvert. La plupart de préoccuper a été le GOT' ; effort unilatéral et maladroit de s d'imposer de nouveaux et rétroactifs impôts à l'école coopérative américaine de Tunis. Il n'est guère douteux que cette action était à la demande des amis puissants (probablement comprenant Leila Trabelsi) de l'international instruisez de Carthage. Elle soulève des questions importantes au sujet de gouvernement tunisien et de notre amitié. Si, à la fin, le GOT' ; les actions de s forcent l'école pour nous fermer devront réduire la mission, limiter nos programmes, et composer en bas de nos relations.
10. (c) En même temps, OBTENU a les commandes de plus en plus renforcées également qui le rendent particulièrement difficile pour que la mission des États-Unis conduise des affaires. Les commandes, mises en place par le ministre des affaires étrangères Abdallah, exigent de la mission d'obtenir la permission écrite d'AMF pour le contact avec tous les organismes tunisiens officiels et semi-officiels. On ne permet plus aux des fonctionnaires OBTENUS à mi-niveau de communiquer avec le personnel d'ambassade sans autorisation exprès et instructions AMF-dégagées. Toutes les demandes et démarches de réunion doivent être données par la note diplomatique. Les la plupart disparaissent sans réponse. Toutes les ambassades à Tunis sont affectées par ces commandes, mais elles ne sont aucun moins frustrant pour cela.
11. (c) Au delà des commandes bureaucratiques suffocantes, OBTENU le rend difficile pour que la mission maintienne le contact avec un bandage large de la société tunisienne. les journaux Obtenir-commandés attaquent souvent les activistes tunisiens de société civile qui participent aux activités d'ambassade, les dépeignant comme traîtres. La police Plain-clothes menace parfois en dehors des événements accueillis par EmbOffs, intimidant des participants. Dans un exemple du GOT' ; la tactique de s, nous avons attribué une concession locale par MEPI à un femme tunisien, mais son patron au ministère de commerce lui a dit de ne pas le poursuivre. Elle a persisté pendant un certain temps, mais a soutenu quand elle a commencé à recevoir des menaces de mort anonymes.
12. (c) Une partie du GOT' ; des actions de s peuvent être liées à son aversion intense pour l'ancien Administration' ; & de s ; la liberté agenda.8 OBTIENT considéré cette politique dangereuse et cru lui a ouvert la porte pour que les extrémistes islamiques saisissent la puissance. Les chefs OBTENUS n'ont fait aucun secret de leur désapprobation de l'Ambassador' ; s et tout autre EmbOffs' ; contacts avec des chefs de parti d'opposition -- en particulier le Party' Democratic progressif ; s Nejib Chebbi, l'objet du Président Ben Ali' ; animosité personnelle intense de s -- aussi bien que les activistes de société civile qui critiquent le régime. Ils critiquaient intensément, aussi bien, l'Administration' précédent ; l'utilisation de s des rapports publics (comme jour 2008 de liberté de la presse du monde), qu'ils ont crus injustement a visé la Tunisie.
---------------------- Ainsi, que devrions-nous faire ? ----------------------
13. (c) Malgré les anéantissements de faire des affaires ici, nous ne pouvons pas amortir la Tunisie. Nous avons trop en jeu. Nous avons un intérêt en empêchant al-Qaeda dans le Maghreb islamique et d'autres groupes d'extrémiste d'établir un équilibre ici. Nous avons un intérêt en gardant le professionnel et le neutre militaires tunisiens. Nous avons également un intérêt en stimulant une plus grands franchise et respect des Droits du Homme politiques. Il est dans notre intérêt, aussi, de construire la prospérité et le Tunisia' ; la bourgeoisie de s, le soutien pour le country' ; stabilité à long terme de s. D'ailleurs, nous devons augmenter la compréhension mutuelle pour aider à réparer l'image des Etats-Unis et de la coopération plus grande bloquée sur nos beaucoup de défis régionaux. Les Etats-Unis ont besoin de l'aide dans cette région favoriser nos valeurs et politiques. La Tunisie est un endroit où, à temps, nous pourrions la trouver.
----------------- La main prolongée -----------------
14. (c) Depuis le Président Obama' ; l'inauguration de s, Tunisiens ont été plus réceptive aux Etats-Unis. Les fonctionnaires OBTENUS aînés ont chaudement souhaité la bienvenue au Président Obama' ; rapports et discours de s. Son adresse au Caire a dessiné l'éloge particulière, avec le ministre des affaires étrangères l'appelle & ; courageous.8 en attendant, quelques contacts de société civile qui avaient été boycottant l'ambassade fonctionne en opposition à la guerre en Irak a commencé venir autour encore. Généralement, la métaphore du & ; hand8 prolongé dans le Président Obama' ; l'adresse inaugurale de s a résonné puissant avec des Tunisiens. Concrètement, les Tunisiens ont fait bon accueil à beaucoup de l'Obama Administration' ; actions de s, y compris la décision pour clôturer le centre de détention de compartiment de Guantanamo et les plans pour des retraits de troupe d'Irak. Surtout, des Tunisiens ont été satisfaits par le President' ; tonalité, rapports et actions de s (jusqu'ici) sur la paix de Moyen-Orient.

----------------------------------------- Comment avancer la démocratie et les droits de l'homme -----------------------------------------

15. (s) L'administration d'Obama crée une occasion importante, puis, de explorer si et comment poursuivre un rapport bilatéral plus productif. Les fonctionnaires OBTENUS déclarent que les Etats-Unis tendent à se concentrer sur des questions où nous ne voyons pas l'oeil-à-oeil. Ils se raidissent à nos appels pour une plus grands réforme et respect des Droits du Homme démocratiques, et à protestation qu'ils accomplissent le progrès. Pendant des années, l'Embassy' ; le but supérieur de s a été de favoriser le progrès dans ces secteurs. Nous devons maintenir le foyer, particulièrement avec 2009 une année d'élection dans la Tunisie. Ben Ali est sûr d'être réélu par une marge importante dans un processus qui ne sera ni libre ni juste. Dans ce contexte, nous devrions continuer à souligner l'importance de ces issues, et à maintenir des contacts avec les quelques partis d'opposition et groupes de société civile critiques du régime.

16. (c) Nous devrions considérer comment cet objectif de politique est publiquement manifesté, cependant. Pendant plusieurs années, les Etats-Unis ont été dehors dans l'avant -- publiquement et en privé - critiquant OBTENU pour l'absence de la démocratie et le manque de respect des Droits du Homme. Il y a un endroit pour une telle critique, et nous ne préconisons pas l'abandonner. Nous recommandons une approche plus pragmatique, cependant, par lequel nous parlions aux Tunisiens très clair et très à un à niveau élevé au sujet de nos soucis concernant Tunisia' ; la démocratie de s et les droits de l'homme pratique, mais rappelle la critique publique. L'élément clé est plus et franchise privée à niveau élevé fréquente. Nous recommandons d'être explicites avec les chefs OBTENUS que nous changeons notre approche, tout en également précisant que nous continuerons à engager dans en privé les partis d'opposition et la société civile.

17. (c) En outre, nous devrions augmenter nos efforts de persuader nos associés européens, et d'autres pays semblables, d'intensifier leurs efforts de persuader OBTENU pour accélérer la réforme politique. Tandis que certains l'UE (par exemple, Allemagne, au R-U) sont conformes à nous, les pays principaux tels que la France et l'Italie ont lancé de faire pression sur OBTENU. Nous devrions travailler pour les obtenir pour faire ainsi, et pour conditionner davantage d'aide et statut avancé d'associé d'UE là-dessus.
---------------------------- Avancement d'autres intérêts des USA ----------------------------

18. (c) Si nous réussissons sur la démocratie et les droits de l'homme, les Etats-Unis ont un intérêt pour des relations de bâtiment avec une gamme étendue de Tunisiens, en particulier le jeune. Pour faire ainsi, et établir la bonne volonté avec OBTENUE, nous devrions offrir au gouvernement un dialogue sur une gamme des issues d'intérêt mutuel, soutenues par aide accrue. De plus grand intérêt au OBTENU soyez enclenchement accru sur les questions économiques, c.-à-d., sur le commerce bilatéral et l'investissement croissants, aussi bien que la fourniture d'assistance technique, impliquant particulièrement le transfert de technologie. Les Tunisiens feraient bon accueil à une renaissance de l'association économique africaine de Nous-Nord, aussi bien que d'autres efforts qui favoriseraient l'intégration économique africaine du nord.

19. (c) En outre, nous devrions offrir l'enclenchement sérieux dans des secteurs prioritaires pour les Tunisiens qui bénéficieront également les Etats-Unis, incluant : -- plus, et des programmes plus complets et plus de langue anglaise ; -- Bourses de Ph.D. pour que les étudiants tunisiens étudient aux Etats-Unis, de ce type qui USAID employée pour rendre disponible dans le 1970' ; s et 1980' ; s ; -- plus de soutien des tringleries d'université ; -- plus d'échanges de la science et de technologie -- pour donner la substance à un S& bilatéral ; Accord de T qui, sans l'argent derrière lui, a eu peu d'impact ; et -- une programmation plus culturelle.

20. (c) En plus de parler à l'OBTENIR, nous devons engager dans directement les personnes tunisiennes, particulièrement jeunesse. L'ambassade emploie déjà Facebook comme outil de communication. En outre, nous avons l'Ambassador' ; blog de s, une entreprise relativement nouvelle qui attire l'attention. Au-dessus des années passées, l'ambassade a sensiblement augmenté son outreach à la jeunesse tunisienne par des concerts, des festivals de film, et d'autres événements. Notre centre de ressource en information et America' ; les coins de s sont des manières populaires pour que les Tunisiens accèdent à des nouvelles et à l'information non filtrées. Nous devrions continuer et augmenter de tels programmes.
------------------------------------------- Plus larges objectifs de politique extérieure et coopération de sécurité de avancement -------------------------------------------
21. (c) Nous devrions également chercher de nouvelles manières d'engager la Tunisie dans la poursuite de notre plus large ordre du jour de politique extérieure. Nous croyons qu'OBTENU ferait bon accueil à ce genre d'enclenchement, et qu'il payerait des dividendes, non seulement dans notre rapport bilatéral mais également sur les questions transnationales. Par exemple, nous continuons à compter sur le soutien OBTENU de nos efforts de favoriser la paix Israël-Palestinienne et d'Israélien-Arabe. Bien que la Tunisie ait limité l'influence dans la ligue arabe, elle reste dans le camp modéré, comme démontré récemment par son refus pour participer au sommet extraordinaire de Doha sur la situation à Gaza. Aux moments appropriés, nous recommanderions de faire plus pour donner des instructions OBTENU sur nos efforts dans le processus de paix et pour les dessiner dans fournir l'appui additionnel. Envoyé spécial Mitchell' ; l'arrêt de s ici en avril était bien reçu et nous devrions rechercher des manières de continuer de telles consultations.

22. (S/NF) Il y a des occasions dans le domaine de la coopération de sécurité, aussi. Pour des démarreurs, nous savons que la Tunisie pourrait réaliser un meilleur travail en partageant l'intelligence avec nous au sujet de la menace du terrorisme en Afrique du Nord. C'était tout le trop clair quand, encore une fois, OBTIENT récemment pour partager l'information avec nous en temps utile sur une parcelle de terrain rapportée contre les effectifs militaires des USA. GRPO avait pris des mesures à la coopération d'augmentation par des canaux de liaison ; tandis qu'il y a eu de progrès, plus est possible.
23. (c) Sur la coopération militaire, le temps est venu pour décaler notre aide militaire à partir de FMF à des programmes plus visés qui répondent aux besoins spécifiques. Là augmente l'évidence que les militaires tunisiens n'ont pas besoin de FMF au degré il réclame, et quoi qu'il arrive il nous a achetés trop peu de la manière de la coopération. En revanche, nous devrions nous concentrer sur travailler avec les Tunisiens pour identifier un nombre restreint de secteurs étions coopération semble raisonnable. L'utilisation récente de la section 1206 et des programmes de PKO de fournir aux militaires tunisiens le radar de surveillance terrestre et les avions non-pilotés de surveillance est un bon exemple.
--------------------------------------------- ------------- Notre message : Une coopération plus profonde dépend du vrai enclenchement --------------------------------------------- -------------

24. (s) La Tunisie n'est pas un allié aujourd'hui, mais nous partageons toujours l'histoire et les valeurs importantes. Elle est juste pour considérer la Tunisie un ami, quoique prudent, fermé et éloigné. D'une manière plus importante, dans une région dans l'agitation, la Tunisie a de meilleures perspectives que les la plupart quoiqu'elle soit préoccupée. En fin de compte, le changement sérieux ici devra attendre Ben Ali' ; départ de s. Mais le Président Obama' ; la nouvelle tonalité et les politiques de s peuvent créer une occasion fournie. Nous devrions l'employer pour faire des ouverture au OBTENU dans les secteurs où ils cherchent notre participation ou aide. Et, nous devrions chercher à engager tous les Tunisiens (particulièrement les jeunes) des manières qui amélioreront le futur pour nos deux pays.
25. (s) Pour nous réussir, cependant, avons besoin des ressources et de l'engagement de Washington. Les programmes nouveaux et augmentés exigeront de l'argent et du personnel de les mettre en application, en particulier dans des affaires publiques. Des fonctionnaires aînés de gouvernement des USA doivent également être disposés à visiter plus souvent que ces dernières années pour engager les Tunisiens. Les réunions en dehors de la Tunisie sont un bon outil, aussi. Le Secretary' ; la rencontre récente de s avec les ministres des affaires étrangères africains du nord sur les marges de la conférence de reconstruction de Gaza dans le Sharm el-Sheikh fournit un modèle pour l'enclenchement et offre l'avantage supplémentaire de nous permettre de favoriser également une plus grande intégration du Maghreb.
26. (s) En conclusion, nous recommandons des fonctionnaires des USA soyons certains lors de toutes les réunions avec des Tunisiens : plus de coopération des USA dépend du vrai enclenchement tunisien. Trop longtemps la Tunisie a patiné près. Un petit pays, dans une région dure, OBTENU se fonde sur des promesses vagues de l'amitié et des slogans vides. Davantage peut et devrait être prévu de la Tunisie. OBTENU indique fréquemment que c'est un allié des USA et réclame un plus grand enclenchement des USA. Nous devrions répondre clairement : oui, mais seulement si nous obtenons l'aide véritable de Tunisie sur les défis qui importent à nous tous. Le gouvernement de Tunisien aime l'illusion de l'enclenchement. Le gouvernement des USA devrait encourager le dur labeur de la vraie coopération. Godec

Aucun commentaire:

Publier un commentaire